Marius Gilbert met en garde ceux qui pensent qu'ils seront à l'abri sur la plage. 

Les UV permettraient de venir à bout du coronavirus. C'est ce que nous apprend une étude menée par une équipe du centre de mesure du département américain de sécurité intérieure. La recherche publiée dans le Journal of Infectious Diseases a tenté d'évaluer la capacité des rayons du soleil à inactiver le virus, comme l'explique la RTBF. Pour cela, les chercheurs ont placé de la salive artificielle contenant du covid-19 sur une surface plane exposée à des rayons ultra-violets.

Le résultat est tel que le virus a totalement disparu après un certain temps. Cette durée varie par ailleurs en fonction de deux facteurs: la quantité de lumière et le temps d'exposition. Ainsi, une lumière d'été mettra sept minutes à détruire 90% du virus.

Pas une solution miracle

Est-ce que cela signifie que nous serons à l'abri de toute contamination cet été au soleil sur une plage ? Pas forcément. En effet, interrogé par la RTBF, l'épidémiologiste Marius Gilbert (ULB) reste tout de même prudent face aux résultats de cette étude qu'il tient à nuancer. "Si deux personnes sont très proches et se parlent : le risque est le même, au soleil comme à l’ombre, détaille l'expert membre du GEES à nos confrères. Ne croyez pas comme Donald Trump que les UV vont passer à travers notre corps et nous soigner à l’intérieur !"

Selon l'épidémiologiste, il est prouvé qu'un virus se dégrade plus à la chaleur, mais ce n'est pas pour autant qu'il ne se transmet plus. Citant l'exemple du Brésil, Marius Gilbert insiste sur le fait qu'il est possible d'être contaminé au coronavirus même sous de fortes chaleurs.