logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Belgium
An article was changed on the original website

Si la fin du système industriel est inévitable, la Terre ne s'arrêtera pas pour autant de tourner

Difficile à imaginer, à croire et, plus encore, à accepter. Mais de plus en plus de voix s'élèvent pour dire qu'un certain effondrement est en cours. Les auteurs Pablo Servigne et Raphaël Stevens l'affirment depuis des années. Ce constat glaçant posé, apprêtons-nous donc à vivre ce bouleversement majeur, activement et non passivement.

"Un effondrement, ce n'est pas forcément une extinction. C'est une forêt qui brûle et après l'incendie, ça repousse", assure Gauthier Chapelle. © JEAN-MARC QUINET/ISOPIX

C'était il y a près de quatre ans. Dans leur Petit manuel de collapsologie à l'usage des générations présentes (1), les chercheurs Pablo Servigne et Raphaël Stevens jetaient un obus dans la mare de nos certitudes déjà un brin réchauffées : l'effondrement de la société industrielle, nourrie de pétrole et de gaz, est inéluctable, lançaient-ils. Ce ne sera pas la fin du monde, mais la fin d'un monde, bouleversé dans ses fondements énergétique, climatique, économique, politique, social et culturel. " Selon les scientifiques, les civilisations qui se sont jadis effondrées, comme celle des Romains par exemple, présentaient toujours deux points communs : un excès de confiance en elles et la conviction qu'elles auraient la capacité de relever tous les défis, ce qui les autorisait à ignorer les nombreux signes de faiblesse ", commentait à l'époque Pablo Servigne, ingénieur agronome et docteur en biologie. On en est là.
...

Themes
ICO