C'est dans ce petit coin calme des Pays-Bas que Diego Maradona, coach du Fujaïrah SC (club de deuxième division des Émirats arabes unis) a décidé de réaliser son stage d'avant-saison avec un but bien précis: monter au sein de l'élite. L'entraîneur de 56 ans débarque après des expériences mitigées, à des années lumière de son illustre carrière de joueur: des passages peu convaincants au Deportivo Mandiyú, au Racing Club, en équipe nationale argentine et enfin au club d'Al-Wasl.

C'est le complexe de Carlton De Brug, hôtel quatre étoiles, accompagné de cinq terrains de football que Pelusa a choisi pour affronter l'avant-saison . Pourquoi ? L'environnement rural est propice à la sérénité cherchée par l'astre argentin. Mais ce calme, Diego n'a jamais réussi à le trouver depuis qu'il a fait rêver des millions de personnes en donnant le tournis aux défenses des quatre coins de la planète. Et ce, même dans une petite bourgade hollandaise, plus de vingt ans après avoir raccroché les crampons.

© AFP

Milieu d'après-midi, l'entraînement commence dans une demi-heure et nous rentrons dans le hall de l'hôtel. Les joueurs attendent le feu vert pour quitter l'établissement et rejoindre le complexe sportif situé à une cinquantaine de mètres de là. Nous apercevons Luis Islas, adjoint de Diego, à qui nous adressons quelques mots pour demander s'il est possible de rencontrer la star... "Maradona fera des photos après l'entraînement" nous répond-il. Nous suivons donc les joueurs jusqu'au camp d'entraînement et stupéfaction: le bord du terrain est noir de monde en attendant l'arrivée de leur idole. El Pibe de Oro débarque sur le terrain, bien entouré par ses adjoints pour éviter tout débordement de la centaine de supporters acquise à sa cause. On nous demande de respecter l'entraînement en restant bien sur le bord du terrain, sans l'envahir et que Maradona sera disponible après la séance.


Début de l'échauffement, Diego laisse faire ses adjoints pendant qu'il retrouve sa meilleure amie: la balle. Il la chouchoute et s'essaie même à des coups francs à distance malgré des genoux bien rouillés. Rigolades, détente et bonne ambiance sont à l'ordre du jour. Toujours pendant la séance d'échauffement, que Diego ne regarde absolument pas, il réalise des exercices de précision avec un de ses adjoints en visant des cônes placés sur la ligne du but. Heureux lorsqu'il parvient à atteindre sa cible, Maradona laisse pousser un cri de joie. Assis sur un ballon, il attend ensuite la fin de l'échauffement pour passer aux choses plus sérieuses. Mais une récente opération au genou oblige el Diez à se faire assister pour se relever.


Vient ensuite un exercice de passes que Diego commande avec beaucoup d'implication. Ses cris en espagnol, immédiatement traduits par son traducteur retentissent et le message semble arriver aux joueurs, qui, concentrés, semblent cependant en admiration devant leur illustre coach. Place ensuite à la dernière activité de la séance, et probablement la préférée du coach: un match sur grand terrain. Diego et ses assistants font un briefing avant de répartir les chasubles à droite, à gauche. Mais el barrilete cósmico n'a jamais vraiment cessé d'être ce qu'il a toujours rêvé d'être: joueur de foot. Il s'est donc joint à ses joueurs pendant la partie. 

Les villageois hollandais présents pour acclamer leur idole n'ont pas résisté en voyant le champion du monde caresser le ballon devant leurs yeux et sont montés sur le terrain. Le visage de Diego a changé... "Afuera, afuera" ("Dehors, dehors"), criait-il en se rapprochant de ses fans. 

La fin de la partie s'est déroulée sans inconvénients. Fin de l'entraînement et retour à l'hôtel pour Diego et ses joueurs. Encerclé par son staff pour rejoindre le hall, telle une rockstar, l'ancienne gloire napolitaine devait malgré tout slalomer entre les supporters qui se bousculaient pour avoir une photo avec le mythe vivant. "Laissez-le rejoindre l'hôtel et attendez devant l'entrée, on vous fera rentrer un par un" explique son adjoint Islas. 

Avant d'entrer dans l'établissement, son fidèle T2 nous reconnait et nous fait passer devant tout le monde. Diego discutait de l'entraînement avec son staff, il s'interrompt quelques secondes pour nous saluer, le temps d'une photo. Destin différent pour ceux qui attendaient derrière nous: fatigué, la légende argentine a finalement demandé à ses assistants de ne plus faire rentrer personne. La déception se lisait sur les visages de ces nombreux Hollandais, jeunes et moins jeunes, venus saluer le joueur né à Villa Fiorito.

Diego Armando Maradona a gagné les plus grands titres qu'un joueur de foot puisse rêver, pourtant on en était bien loin lors de ce stage aux Pays-Bas. Celui qui a eu l'honneur et le privilège de soulever une Coupe du monde avait pour simple objectif de monter en première division des Emirats arabes unis. Mais peu importe pour Diego. Que ce soit en finale d'un Mondial dans le Stade Azteca ou sur la pelouse d'un camp d'entraînement à Mierlo, ce passionné était heureux car il était entouré de ses grands amours: un ballon et un terrain de foot. Pour le plus grand plaisir de ses fans, pour notre plus grand plaisir...