En Chine, boire du thé est associé à une plus longue espérance de vie.

Les buveurs de thé vont pouvoir se réjouir. D'après une nouvelle étude publiée dans la revue European Journal of Preventive Cardiology, consommer du thé au mois trois fois par semaine serait lié à une meilleure et plus longue vie. À condition de boire le bon thé, dans les bonnes conditions et depuis suffisamment longtemps, bien sûr. Mais les résultats des recherches menées en Chine pendant sept ans sont impressionnants.

"La consommation habituelle de thé est associée à des risques plus faibles de maladies cardiovasculaires et de décès toutes causes confondues", a déclaré le docteur Xinyan Wang de l'Académie chinoise des sciences médicales, à Beijing, et premier auteur de l'étude. "Les effets favorables sur la santé sont les plus édifiants lorsqu'il s'agit du thé vert et pour les buveurs réguliers depuis lontemps". C'est en analysant les habitudes et l'état de santé de 100 902 participants pendant sept ans que les chercheurs sont arrivés à cette conclusion. Seules conditions pour participer à l'étude : ne pas avoir d'antécédents de crise cardiaque, d'AVC ou de cancer.

© Alice Pasqual/Unsplash
On le sait déjà, le thé vert est plébiscité pour ses pouvoirs antioxydants, grâce à sa forte teneur en polyphénols. Mais de là à en conclure qu'il nous permettrait de vivre plus longtemps, il y avait un cap qui n'avait jamais été franchi. Pourtant les chiffres ne mentent pas. D'après l'étude réalisée, consommer du thé de façon régulière est associé à davantage d'années de vie en bonne santé à une plus longue espérance de vie. Exemple pris sur les buveurs habituels de thé âgés de 50 ans. Les résultats ont déterminé qu'en moyenne ils développaient des maladies coronariennes ou des AVC 1,41 an après les autres et vivraient 1,26 an plus vieux que les personnes qui boivent peu (ou pas) de thé.

Et ce n'est pas tout. Les chercheurs parlent aussi d'une diminution de 20% des risques de maladies cardiaques et un risque de décès 15% moins élevé, toutes causes confondues. "Les effets protecteurs du thé étaient plus prononcés dans le groupe des buveurs de thé habituels et constants. Des études sur les mécanismes ont suggéré que les principaux composés bioactifs du thé, à savoir les polyphénols, ne sont pas stockés à long terme dans l'organisme. Ainsi, la consommation fréquente de thé sur une période prolongée peut être nécessaire pour l'effet cardio-protecteur", souligne le docteur Dongfeng Gu, auteur principal de l'étude.

© Vivek Kumar/Unsplash
À noter que leurs résultats ne sont pas valables en ce qui concerne le thé noir. Car là où le thé vert est riche en polyphénols qui protègent contre les maladies cardiovasculaires, le thé noir est fermenté, ce qui annihile les effets favorables de cette molécule sur la fonction vasculaire.

Dans les années à venir, les chercheurs continueront à analyser les résultats en étendant l'étude à une plus large partie de la population. En attendant, dans le doute, ce n'est peut-être pas une mauvaise idée de se mettre au thé.