Ces statistiques prennent en compte les accidents corporels et non corporels, les accidents graves mais aussi les accrochages.

Les données d'Assuralia pourraient sous-estimer quelque peu la réalité, certains accidents bénins faisant l'objet d'un arrangement à l'amiable, pointe le porte-parole d'Assuralia, Wauthier Robyns.

Le nombre d'accidents a diminué depuis 2010, où 380.000 sinistres avaient été enregistrés, alors que le parc automobile privé était plus réduit (5,2 millions de véhicules, contre 5,8 millions en 2019).

Dans 31% des cas, l'accident était provoqué par un véhicule qui en a percuté un autre en stationnement ou à l'arrêt. Un quart est dû à un véhicule tamponnant à l'arrière la voiture qui le précède tandis que 19% des accidents ont été causés par un véhicule qui manœuvre.

L'an dernier, 166 accidents ont engendré une intervention de l'assurance de plus de 500.000 euros.