Ce samedi matin, le ministre de l'Economie et de l'Emploi Pierre-Yves Dermagne (PS) était l'invité de Bertrand Henne sur la RTBF. L'occasion pour le socialiste de revenir sur les nouvelles mesures sanitaires annoncées ce vendredi par le gouvernement fédéral, d'abord, et par le gouvernement wallon et la Fédération Wallonie-Bruxelles, ensuite.

Pierre-Yves Dermagne a tout d'abord jugé "normal" d'établir une distinction entre les différentes régions au niveau de l'application de règles sanitaires: "Je ne pense pas qu’il soit anormal ou incompréhensible qu’on puisse avoir des mesures différentes sur certaines partie du territoire, en fonction de la gravité de la situation. La situation sanitaire est préoccupante dans toute la Belgique, mais elle l’est d’autant plus à Bruxelles et en Wallonie, donc il est normal d’y voir des mesures plus fermes et plus strictes".

Le Vice-Premier ministre a néanmoins reconnu un problème de communication lors de l'annonce de ces mesures: "Il aurait été préférable d’avoir une communication conjointe, commune, dès le matin. Ça n’a pas été possible et je le regrette, mais il y a toute une série d’explications. On a un fonctionnement en Belgique qui est trop compliqué et qui est le fruit de notre histoire. On doit en tirer des leçons à la fois dans la gestion de la crise, dans la communication des mesures, et à la fois sur le plus long terme, et aussi réfléchir à la simplification du fonctionnement de nos institutions".

"La communication eût dû être plus cohérente et plus directe dès le début", a conclu le socialiste.