“Il faudra décider d’ici ce week-end si l’on doit passer en reconfinement”, a indiqué le pourtant réputé modéré porte-parole interfédéral Covid Yves Van Laethem, ce lundi au JT de la RTBF.

Marc Van Ranst, virologue le plus célèbre du pays, se veut, une fois n’est pas coutume, plus tempéré. “Un lockdown est nécessaire mais pour l’instant, ce n’est pas possible”, pointe l'expert, avant de paraphraser Jacques Chirac. “La politique est l’art des possibles. Il faut maintenant rendre possible ce qui est nécessaire. Si l’augmentation des hospitalisations continue, on ne pourra pas éviter un confinement.”

Il estime toutefois que la population n’y est pas prête pour l’instant. “Les mesures ont un effet si la population les suit, y adhère. Sinon, les mesures ne servent à rien”, reprend Marc Van Ranst. “Si la courbe ne bouge pas d’ici 10 jours, ce sera la catastrophe dans les hôpitaux. Et quand les gens verront l’effet du Covid dans ces hôpitaux, ils seront favorables au lockdown. Je ne suis pas fataliste, mais réaliste.”

La seule chose à laquelle on peut s’attendre pour l’instant, selon Marc Van Ranst “est un confinement partiel, comme l’a appelé Elio Di Rupo. Ce ne sera pas le confinement de mars. Il n’y a pas de volonté de confinement total avec seulement les déplacements essentiels et les magasins fermés.”