"La perte de Ilse est irrémédiable", a déclaré l'ancien Premier ministre Yves Leterme (CD&V), qui a pris la parole en premier. Les funérailles ont débuté vendredi matin à 11h00 dans l'église paroissiale de Moorsel dans l'entité d'Alost dont Ilse Uyttersprot était échevine. Une centaine de personnes seulement avaient pris place dans l'édifice en raison des mesures sanitaires liées au coronavirus. Les abords de l'église étaient également déserts mais la cérémonie était retransmise sur YouTube.

Yves Leterme a été le premier à prendre la parole après le prêtre. "Nous vous exprimons notre profond respect et notre sympathie à l'occasion de la perte de votre mère, de votre fille", a dit l'ancien Premier ministre aux proches de la défunte.

"Nous exprimons notre respect et notre gratitude à l'égard d'une ancienne collègue. En mon nom personnel et au nom de collègues, au nom de tant de gens en politique et au gouvernement au-delà des lignes partisanes, qui ont eu la chance de connaître Ilse et de travailler avec elle. La perte de Ilse est irréparable et cela touche la société profondément. Il n'est pas logique qu'une mère doive enterrer sa fille et que des fils perdent leur mère à un si jeune âge. C'est pourquoi, mais surtout aussi pour qui était Ilse, la compassion dans cette ville et cette région et bien au-delà dans notre pays est si intense."

L'ancien échevin CD&V d'Alost Bart Van Lysebeth, qui a travaillé aux côtés de Ilse Uyttersprot quand elle était bourgmestre, l'a décrite comme quelqu'un "d'authentique et unique dans son action politique". Ce qui n'a pas toujours été le cas sur la scène politique alostoise, a souligné Bart Van Lysebeth qui faisait ainsi référence au retrait de ses compétences. L'actuel bourgmestre de la commune, Christoph D'Haese (N-VA), et les autres membres de l'actuelle majorité alostoise n'étaient d'ailleurs pas conviés à la cérémonie.

Les deux fils de la défunte ont ensuite pris la parole pour évoquer leur mère. "Nous savons que tu étais fière de nous, maman. Tu étais notre première supportrice aussi bien dans la vie qu'à l'école ou au basket. Aucun de nous ne sait comment tu faisais mais nous avons l'impression que tu n'as manqué aucun moment important de notre vie. Ces derniers mois, tu étais plus souvent à la maison en raison du coronavirus et nous avons constaté que tu en profitais (...). Maintenant il ne reste plus que des souvenirs d'une maman fantastique (...). Au revoir maman!"