Afin de relancer l'économie après le confinement, le gouvernement a prévu plusieurs mesures de relance, comme le chèque consommation par exemple. C'est un chèque d'un montant qui peut aller jusqu'à 300 euros que les employeurs peuvent offrir à leurs employés. Avantageux sur le plan fiscal, l'idée est de booster la consommation et favoriser la reprise économique.

Initialement prévu pour être dépensé dans les secteurs de l'horeca et de la culture, il pourrait être aujourd'hui étendu aux magasins. Le problème ? Seuls les magasins de moins de dix employés seraient éligibles. Toutes les grandes chaînes sont donc exclues, ce qui est "inacceptable" pour Dominique Michel, CEO de Comeos. "Tous nos magasins non alimentaires ont été fermés pendant le confinement et on nous refuse à présent catégoriquement les mesures de relance."

Le CEO de Comeos pointe "l'injustice de cette mesure" qui ferait une différence entre commerces. "Ce qui est maintenant sur la table de la Chambre menace des milliers d'emplois", alerte-t-il.

Le projet de loi sera voté plus tard dans la journée.