En Communauté germanophone, ces 14 derniers jours, le taux d'incidence du coronavirus a atteint les 1.266 contaminations pour 100.000 habitants, soit bien au-dessus de la moyenne belge de 927,9 cas pour 100.000 habitants. Dans les hôpitaux également, la situation devient critique avec 47 personnes hospitalisées à Eupen et Saint-Vith. Depuis le début de la seconde vague de l'épidémie, cinq décès dus au Covid 19 ont été recensés en Communauté germanophone.

Le gouvernement a donc pris des mesures supplémentaires pour endiguer la propagation du virus. Concrètement, toutes les écoles primaires et secondaires passeront en code rouge dès lundi. Cela signifie notamment que le port du masque sera obligatoire durant toute la journée pour les enseignants ainsi que les élèves du secondaire. Le masque pourra être retiré en extérieur à condition de respecter 1,5 mètre de distance. Si l'enseignement en classe est privilégié, l'enseignement à distance sera autorisé, pour les élèves du second et troisième degré, s'il ne peut pas être évité pour des raisons organisationnelles. Il ne pourra cependant pas dépasser 15 jours.

En Communauté germanophone, ces 14 derniers jours, le taux d'incidence du coronavirus a atteint les 1.266 contaminations pour 100.000 habitants, soit bien au-dessus de la moyenne belge de 927,9 cas pour 100.000 habitants. Dans les hôpitaux également, la situation devient critique avec 47 personnes hospitalisées à Eupen et Saint-Vith. Depuis le début de la seconde vague de l'épidémie, cinq décès dus au Covid 19 ont été recensés en Communauté germanophone. Le gouvernement a donc pris des mesures supplémentaires pour endiguer la propagation du virus. Concrètement, toutes les écoles primaires et secondaires passeront en code rouge dès lundi. Cela signifie notamment que le port du masque sera obligatoire durant toute la journée pour les enseignants ainsi que les élèves du secondaire. Le masque pourra être retiré en extérieur à condition de respecter 1,5 mètre de distance. Si l'enseignement en classe est privilégié, l'enseignement à distance sera autorisé, pour les élèves du second et troisième degré, s'il ne peut pas être évité pour des raisons organisationnelles. Il ne pourra cependant pas dépasser 15 jours.