Sur les 4.000 écoles de Flandre, une vingtaine sont aujourd'hui fermées complètement et une trentaine partiellement.

Samedi, l'institut de santé publique Sciensano a fait savoir que les élèves de l'enseignement primaire qui se sont assis en classe ou au réfectoire à côté d'un élève qui a été infecté par le coronavirus sont considérés dès lundi comme des contacts à haut risque. Cela signifie qu'ils devront également observer la quarantaine et être testés, au premier et au septième jour de leur quarantaine. Et toute personne dont le test est positif doit être isolée pendant 10 jours (au lieu de sept).

Le recours à des tests rapides permettra de détecter immédiatement les super-contaminateurs

Dès lors qu'une possible contamination est communiquée dans une école flamande, un test rapide sera pratiqué sur les contacts à haut risque. En cas de résultat négatif, le deuxième test (après 7 jours) sera un test PCR. Les élèves et enseignant concernés resteront entretemps en quarantaine.

Le recours à des tests rapides permettra de détecter immédiatement les super-contaminateurs et ainsi d'éviter tant que faire se peut la création d'un foyer de contaminations, un élément essentiel dans le cadre de la lutte aussi bien contre le variant anglais de la covid-19 que contre la forme classique.

S'il y a soupçon de foyer épidémique, des équipes de dépistage disposant d'un bus seront envoyées.

Les centres d'accompagnement des élèves (Centra voor leerlingenbegeleiding -CBL) disposeront d'un personnel et de moyens supplémentaires pour mener les enquêtes de contact et le dépistage. Si nécessaire, ils pourront suspendre leurs missions habituelles, comme les consultations médicales, les tests de quotient intellectuel, etc.

"Nous continuons à faire le maximum pour permettre au plus grand nombre d'écoles de rester ouvertes. Par conséquent, nous intervenons avec fermeté par des mesures adaptées aux situations locales et sur base des lignes de conduite existantes. Dans certains cas, cela signifie la fermeture d'une ou de plusieurs classes, dans d'autres cas, de toute l'école", a expliqué M. Weyts.

Lundi, le ministre flamand de l'Enseignement se concertera avec son collègue de la Jeunesse, Benjamin Dalle, à propos des activités à l'extérieur des moins de 13 ans.

Sur les 4.000 écoles de Flandre, une vingtaine sont aujourd'hui fermées complètement et une trentaine partiellement. Samedi, l'institut de santé publique Sciensano a fait savoir que les élèves de l'enseignement primaire qui se sont assis en classe ou au réfectoire à côté d'un élève qui a été infecté par le coronavirus sont considérés dès lundi comme des contacts à haut risque. Cela signifie qu'ils devront également observer la quarantaine et être testés, au premier et au septième jour de leur quarantaine. Et toute personne dont le test est positif doit être isolée pendant 10 jours (au lieu de sept). Dès lors qu'une possible contamination est communiquée dans une école flamande, un test rapide sera pratiqué sur les contacts à haut risque. En cas de résultat négatif, le deuxième test (après 7 jours) sera un test PCR. Les élèves et enseignant concernés resteront entretemps en quarantaine. Le recours à des tests rapides permettra de détecter immédiatement les super-contaminateurs et ainsi d'éviter tant que faire se peut la création d'un foyer de contaminations, un élément essentiel dans le cadre de la lutte aussi bien contre le variant anglais de la covid-19 que contre la forme classique. S'il y a soupçon de foyer épidémique, des équipes de dépistage disposant d'un bus seront envoyées. Les centres d'accompagnement des élèves (Centra voor leerlingenbegeleiding -CBL) disposeront d'un personnel et de moyens supplémentaires pour mener les enquêtes de contact et le dépistage. Si nécessaire, ils pourront suspendre leurs missions habituelles, comme les consultations médicales, les tests de quotient intellectuel, etc. "Nous continuons à faire le maximum pour permettre au plus grand nombre d'écoles de rester ouvertes. Par conséquent, nous intervenons avec fermeté par des mesures adaptées aux situations locales et sur base des lignes de conduite existantes. Dans certains cas, cela signifie la fermeture d'une ou de plusieurs classes, dans d'autres cas, de toute l'école", a expliqué M. Weyts. Lundi, le ministre flamand de l'Enseignement se concertera avec son collègue de la Jeunesse, Benjamin Dalle, à propos des activités à l'extérieur des moins de 13 ans.