Deux protocoles de vaccination avaient été rapportés, l'un d'entre eux présentait un taux d'efficacité de 90%. L'entreprise pharmaceutique a depuis révélé que ce dosage, soit une demi-dose avant une dose complète, avait été testé en raison d'une erreur d'un partenaire de l'essai. Un peu moins de 3.000 participants à l'étude ont reçu ce dosage à l'efficacité affichée de 90%, mais selon l'Operation Warp Speed, la moyenne d'âge de ce groupe cible était assez basse. Près de 9.000 autres candidats ont reçu deux doses complètes, l'efficacité du vaccin tombe ici à 62%.

Cette erreur soulève des doutes aux Etats-Unis, des experts craignent qu'elle sape la confiance et empêche le vaccin d'être autorisé sur le marché.

AstraZeneca a affirmé que "les normes les plus élevées" avaient été respectées pour l'étude, et a rappelé qu'il s'agissait de résultats intermédiaires.

Les données présentées ont en effet été compilées le 4 novembre, or, depuis, l'incidence au Royaume-Uni, où l'étude est menée, a fortement augmenté. Les prochaines publications devraient donc apporter une meilleure vue de l'efficacité du vaccin.