En terminant quatrième ce samedi du Rallye Gran Canaria, deuxième en Junior, Oliver Solberg a décroché à 18 ans hier le titre de champion d’Europe Junior.

Une performance du Norvégien permettant à Grégoire Munster de mieux digérer la défaite et une épreuve extrêmement difficile. Car même sans ses mauvais choix de pneus lors de la première étape quand il a perdu quatre minutes en pneus slicks sous les hallebardes, il n’aurait pas pu empêcher le fils du champion du monde 2003 de décrocher la timbale et les 100.000 euros promis au lauréat.

Au final, même s’il avait été déclassé en Hongrie, le pilote de la VW Polo GTI aurait été sacré, même si dans ce cas de figure notre compatriote aurait sans doute adopté une tactique plus prudente aux Canaries.

Mais on ne changera plus l’histoire et, au final, Solberg Jr n’a certainement pas volé les lauriers. Il est même honnête d’écrire qu’il était le plus fort cette année parmi les Juniors.

Tout comme Alexey Lukyanuk (Citroën C3 R5) a bien mérité lui aussi le titre suprême même si le Russe a pataugé lui aussi vendredi lors de cette finale.

Le pilote de la Citroën C3 R5 devance au championnat absolu les deux jeunes Oliver Solberg et… Grégoire Munster, vice-champion donc chez les jeunes. "On ne peut pas être vraiment déçu car à la base on devait faire le championnat de Belgique et, sans le coronavirus et l’aide de Hyundai Motorsport, nous n’aurions même jamais eu l’opportunité de disputer la saison et de se battre pour ce titre," positivait le pilote Hyundai Belgique auteur d’une lointaine dix-neuvième place. "Cette épreuve a été très difficile pour nous, surtout vendredi où on a joué de malchance dans nos choix. OK c’est le rallye. Notre bilan général est bon et j’aurais signé des deux mains si on m’avait dit en janvier que j’allais terminer sur le podium de l’ERC. Maintenant focus sur la finale du championnat du monde, la semaine prochaine à Monza."

On a cependant fait la fête du côté belge à Las Palmas avec la victoire au classement général de Renaud Jamoul, le copilote hutois de l’espoir français Adrien Fourmaux.

Au terme d’une bataille épique avec les Espagnols Nil Solans et Ivan Ares, le pilote de la Ford Fiesta R5 M-Sport a finalement devancé de 25 secondes la Citroën C3 R5 de son compatriote Yoann Bonato.