"Si vous mettez 100 personnes ensemble, il y a certainement des personnes qui sont infectées. Même si elles ne se sentent pas malades, elles sont dangereuses pour les autres personnes de ces groupes. Il y aura peut-être des gens qui seront gravement malades lorsqu'ils seront infectés, qui finiront à l'hôpital, qui se retrouveront en soins intensifs".

Les longues files d'attente dans les magasins et les rues commerçantes très fréquentées "sont dangereuses et c'est justement ce que nous ne voulons pas voir", déclare Vandenbroucke. "Et ce n'est pas nécessaire. De nombreux magasins resteront ouverts, vous pourrez y acheter non seulement des produits alimentaires et de soins, mais aussi de jardinerie. Tous les magasins auront également la possibilité de commander et de retirer les produits en ligne".

M. Vandenbroucke souligne également que les mesures plus strictes ne pouvaient pas entrer en vigueur plus tôt. "Il y a encore une heure, nous travaillions sur l'arrêté ministériel qui fixe toutes ces règles. Il doit être bien formulé, il doit être publié, car il y a des sanctions et des amendes pour les violations", explique-t-il. "Nous devons faire un peu appel à la bonne volonté du peuple."