L’essentiel de la préparation est fait, place à la récupération pour Femke Hermans à quelques jours de son championnat d’Europe dans la catégorie des super-moyens. La Brabançonne n’a pas ménagé sa peine ces derniers mois à l’Elite Enghien, son nouveau cadre de travail depuis cette année, où sa collaboration avec Nicolas Vinet lui donne toute satisfaction. "J’avais besoin d’une nouvelle discipline pour améliorer ma condition physique, développer ma puissance et devenir meilleure boxeuse", nous avait-elle confié récemment. "Je travaille de manière plus professionnelle."

Son coach, qui était un peu resté sur sa faim après un succès très facile contre Borislava Goranova le 9 octobre dernier à Roosdaal, acquiesce : "Ce n’est plus du tout la même boxeuse qu’il y a un an ou deux", explique Nicolas Vinet. "Malheureusement, la dernière fois, elle a un peu trop voulu le montrer et n’a pas boxé de la manière dont j’aurais voulu la voir boxer. Elle voulait trop appuyer ses coups et se jetait en avant alors qu’elle a appris aussi à boxer en reculant. Elle est capable de plus, de mieux. Je suis convaincu qu’elle montrera un autre visage cette fois-ci."

© DH

Ce championnat d’Europe, Femke Hermans (10-3), ancienne championne WBO de la catégorie, le disputera contre Luisa Davydova (3-1), une adversaire russe dont on sait peu de choses. Mais c’est, de toute façon, sur ses propres qualités que la citoyenne de Londerzeel doit s’appuyer pour vaincre. "Malgré le Covid, qui restreint beaucoup les possibilités de sparring notamment, la préparation a été très bonne, sans pépin physique", souligne notre interlocuteur. "Je ne pense pas que son opposante puisse la mettre en difficulté mais on ne sait jamais. On s’est préparé à tous les scénarios."

© 12 Rounds

En cas de victoire samedi, Femke Hermans consoliderait sa place dans les classements et resterait dans le radar des grandes fédérations mondiales. On rappellera qu’il y a deux ans, la boxeuse de 30 ans avait tenu la distance face à l’Américaine Claressa Shields, l’une des grandes boxeuses actuelles. "Femke continue à recevoir régulièrement des propositions intéressantes et lucratives mais pour l’heure, après que la Suédoise Berghult a refusé de l’affronter, on a jugé que l’option la plus pertinente était d’aller chercher ce titre européen. L’argent n’est pas notre priorité actuellement. On verra dans quelques mois si elle est susceptible de disputer et surtout de... gagner un championnat du monde."

Une chose est certaine : Nicolas Vinet et son staff (Michel Verheyen, Junior Paulet) prennent autant de plaisir à travailler avec Femke Hermans qu’elle n’en prend avec eux au quotidien. "C’est une bosseuse et ce qui me fait plaisir, c’est qu’elle est très reconnaissante de ce que je fais pour elle. J’en ai connu des plus ingrats..."