Football Les Italiens ont renversé les Espagnols (3-0) dans un match de haut niveau.

Zaniolo, Kean, Chiesa d’une part ou Soler, Ceballos, Oyarzabal de l’autre. Non, il ne s’agissait pas d’un match du top en Serie A ou en Liga mais bien du premier match de poule de l’Italie et l’Espagne. Les stars en devenir ont montré qu’ils avaient déjà, pour la plupart d’entre eux, tout de futurs grands…

Que ce soit au niveau de l’intelligence de jeu, de l’impact physique ou dans la technique, les deux nations ont participé à une véritable bataille de styles au stade Renato Dall’Ara, où le match se jouait à guichets fermés.

Les deux prétendants à la victoire finaleont de quoi impressionner le Diablotins… Face à de telles cylindrées, les hommes de Johan Walem n’auront certainement pas autant d’occasions quecontre la Pologne...

Les Azzurrini, qui ont remporté le titre à cinq reprises - c’est le record - ont rapidement été pris à la gorge par une Rojita entreprenante et appliquée. Le tout dans un style typiquement espagnol avec une possession de balle avoisinant les 60 %.

Pour répliquer , les Italiens ont fait valoir leurs forces autrement. Les attaques tranchantes et précises ont souvent initiées du côté gauche où Kean et Chiesa, deux joueurs ultra-décisifs, permutaient constamment.

Les deux nations, malgré la victoire autoritaire de l’Italie, ont montré un niveau à la hauteur de leurs ambitions. Les Diablotins Walem devront trouver des solutions tactiques et surtout défensives pour les contrer. Pas simple...

Italie : Meret ; Calabresi, Mancini, Bonifazi, Dimarco ; Barella, Mandragora, Pellegrini ; Zaniolo (42e Orsolini), Chiesa, Kean (60e Cutrone).

Espagne : Simon ; Aguirregabiria, Vallejo, Mere, Martin ; Zubeldia (67e Fornals), Ceballos, Ruiz, Soler, Oyarzabal (85e Mir) ; Mayoral.

Arbitre : M. Gözübüyük (P-B).

Avertissements : Calabresi, Zaniolo, Vallejo, Mandragora, Soler.

Les buts : 9e Ceballos (0-1), 36e et 64e Chiesa (2-1), 82e Pellegrini sur pen. (3-1).