logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Belgium
An article was changed on the original website An article was changed on the original website

Elio Di Rupo est très clair: «Avec la N-VA, c’est non !»»

Elio Di Rupo, le président du PS était l’invité de Pascal Vrebos sur RTL ce dimanche. Il a bien entendu été questionné sur ses interventions ambiguës au sujet de la N-VA.

Jeudi matin, sur La Première, interrogé à propos du fédéral et de la N-VA, Elio Di Rupo ne formule pas d’exclusive. Peu après, alors qu’il pleut des critiques sur les réseaux sociaux, le même recadre : le PS ne souhaite pas gouverner avec la N-VA. Dans la soirée, sur le plateau de Jeudi en prime, Paul Magnette tranche : le PS ne gouvernera pas avec la N-VA.

Elio Di Rupo sans équivoque

Ce dimanche, Elio Di Rupo s’explique une nouvelle fois. « On doit tout faire pour gouverner sans la N-VA avec les quatre autres partis de Flandre, cela représente à peu près 50 % de la population de la Flandre ». Et pour prouver la faisabilité de sa théorie, le président socialiste démontre que quand le MR s’est allié avec la N-VA avec le MR au gouvernement fédéral, le parti libéral représentait seulement un tiers des Wallons.

« Nous nous battrons jusqu’à la fin pour qu’il y ait une coalition sans la N-VA », a dit clairement Elio Di Rupo. « Et si la N-VA ne parle pas de confédéralisme ? », relance l’intervieweur Pascal Vrebos. « C’est non ! », tranche le président du PS.

Tout comme Paul Magnette, Elio Di Rupo se dit favorable à un gouvernement transitoire pour éviter une longue crise politique. Juste une proposition, a précisé le socialiste. Pas question de faire le boulot des informateurs.

Le PTB invité mardi

Au niveau régional, en Wallonie, le PS laisse la porte grande ouverte au PTB qui, à la différence du Vlaams Belang, qu’il ne considère pas comme un parti séparatiste, ni un parti du rejet de l’autre. « Nous cherchons à former un gouvernement qui est le plus progressiste possible ». Le PS souhaite former un gouvernement wallon avec Ecolo et le PTB. Elio Di Ruop a invité le PTB pour la troisième fois à la table des négociations régionnales. Une rencontre proposée pour mardi, à l’heure de convenance du parti d’extrême-gauche.

Chroniques

  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Par Vincent Engel

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

Themes
ICO