Située en Zélande, aux Pays-Bas, la commune de Tholen éprouve quelques difficultés à faire respecter la vitesse dans l’une de ses rues limitée à 30 km/h. La police n’a tout simplement pas les capacités pour effectuer assez de contrôles dans la Koningin Julianastraat.

En collaboration avec la province de Zélande, la commune a donc décidé de tester un radar d’un genre nouveau. Son nom ? "Safety Safe". Mais il a déjà été surnommé "radar inversé" car dans les faits, chaque véhicule qui passe le radar sous les 30 km/h va permettre de gonfler une caisse d’épargne virtuelle : chaque km/h inférieur rapporte 1 cent et plus la vitesse diminue, plus la caisse gonfle (jusqu’à 5 cents par passage) ! Le montant total de l’épargne apparaît d’ailleurs sur l’écran lumineux du radar.

Mais à quoi va servir cet argent récolté ? À réaliser un investissement dans la commune de Tholen, tout simplement, puisque c’est elle qui déboursera la somme accumulée pendant un mois. La ville néerlandaise aimerait bien investir dans un radar fixe mais les 50.000 € nécessaires sont hors budget.

Déjà testé en Belgique aussi

La ville de Bonheiden, près de Malines, a également tenté l’expérience, qui s’est terminée le 20 juillet dernier. Le système "Safety Safe" a permis d’épargner 948,58 € que la commune a décidé de réinvestir dans la sécurité routière.

Selon les créateurs, ce système permettrait de réduire le nombre de chauffards de 25%.