"À la suite de l'augmentation constante de cas de personnes positives au Covid-19 en Région bruxelloise, la cellule de crise provinciale bruxelloise se réunira demain à 12h30 pour analyser la situation et prendre d'éventuelles nouvelles mesures", a confirmé Rudi Vervoort sur Twitter.

Hier soir, les gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles avaient annoncé une série de nouvelles mesures, telles qu'un élargissement du couvre-feu, le passage à distance de l'ensemble des cours de l'enseignement supérieur ou encore la limitation des compétitions et entraînements sportifs aux moins de 12 ans.

A la RTBF, la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, avait justifié celles-ci comme étant des mesures indispensables car le taux de propagation est plus important en Wallonie que dans d'autres régions du pays. "Ce reconfinement partiel avec des mesures plus fortes" qu'au niveau national était nécessaire et "je pense que Bruxelles va suivre", a-t-elle avancé.

La Région bruxelloise a effectivement suivi, et est même allée un cran plus loin que la Wallonie en ce qui concerne le secteur culturel.

Voici les décisions supplémentaires prises lors de cette réunion, elles seront d'application à partir du 26 octobre et jusqu'au 19 novembre:

Concernant l'Espace publique :

- Un couvre-feu pour la Région bruxelloise sera instauré de 22h à 6h du matin

- Le port du masque obligatoire sera obligatoire à nouveau sur tout le territoire de la Région bruxelloise.

- Les rassemblements de plus de 4 personnes seront interdits

- Les commerces devront fermer à 20h et les courses devront être faites par une seule personne par famille. Les "take away" peuvent travailler jusqu'à 22h.

- Les mariages pourront être célébrés mais seulement les mariés, les témoins et l'officier de l'Etat Civil.

- les enterrements: 15 personnes présentes maximum.

Pour les plus jeunes :

- Les stages pour les plus de 12 ans sont désormais annulés.

- Les excursions scolaires sont interdites.

- Les cortèges Halloween et autres sorties du genre sont interdits.

Concernant le Sport :

- Toutes les compétitions sportives non-professionnelles sont suspendues, et ce même pour les moins de 12 ans.

- Par contre les entrainements sont maintenus, du moins pour les moins de 18 ans.

- Les infrastructures sportives seront fermées: salles de sport, fitness, piscines, patinoires ...

Concernant la Culture :

Tout le secteur de la Culture est mis en mode pause cela signifie la fermeture des centres culturels, des musées, des théâtres, des cinémas, ...

Bien entendu le télétravail sera rendu obligatoire autant que possible sauf pour les fonctions essentielles. et il est recommandé de réduire au maximum les contacts.

"Je comprends que la population éprouve une grande lassitude et de l'incompréhension et que se retrouver dans la situation actuelle après ce que l'on a connu début mars suscite de tels sentiment", a commenté le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, en annonçant ces mesures.

Selon lui, la pandémie "nous impose une grande leçon d'humilité". Les mesures soutenues unanimement par les bourgmestres et les scientifiques consultés sont rendues nécessaires par les chiffres galopants et les "risques d'effondrement du système hospitalier dans le pays" que ceux-ci engendrent, a-t-il justifié.

"À la suite de l'augmentation constante de cas de personnes positives au Covid-19 en Région bruxelloise, la cellule de crise provinciale bruxelloise se réunira demain à 12h30 pour analyser la situation et prendre d'éventuelles nouvelles mesures", a confirmé Rudi Vervoort sur Twitter.Hier soir, les gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles avaient annoncé une série de nouvelles mesures, telles qu'un élargissement du couvre-feu, le passage à distance de l'ensemble des cours de l'enseignement supérieur ou encore la limitation des compétitions et entraînements sportifs aux moins de 12 ans. A la RTBF, la ministre wallonne de la Santé, Christie Morreale, avait justifié celles-ci comme étant des mesures indispensables car le taux de propagation est plus important en Wallonie que dans d'autres régions du pays. "Ce reconfinement partiel avec des mesures plus fortes" qu'au niveau national était nécessaire et "je pense que Bruxelles va suivre", a-t-elle avancé.La Région bruxelloise a effectivement suivi, et est même allée un cran plus loin que la Wallonie en ce qui concerne le secteur culturel.Voici les décisions supplémentaires prises lors de cette réunion, elles seront d'application à partir du 26 octobre et jusqu'au 19 novembre:Concernant l'Espace publique :- Un couvre-feu pour la Région bruxelloise sera instauré de 22h à 6h du matin- Le port du masque obligatoire sera obligatoire à nouveau sur tout le territoire de la Région bruxelloise.- Les rassemblements de plus de 4 personnes seront interdits- Les commerces devront fermer à 20h et les courses devront être faites par une seule personne par famille. Les "take away" peuvent travailler jusqu'à 22h.- Les mariages pourront être célébrés mais seulement les mariés, les témoins et l'officier de l'Etat Civil.- les enterrements: 15 personnes présentes maximum.Pour les plus jeunes :- Les stages pour les plus de 12 ans sont désormais annulés.- Les excursions scolaires sont interdites.- Les cortèges Halloween et autres sorties du genre sont interdits. Concernant le Sport : - Toutes les compétitions sportives non-professionnelles sont suspendues, et ce même pour les moins de 12 ans. - Par contre les entrainements sont maintenus, du moins pour les moins de 18 ans.- Les infrastructures sportives seront fermées: salles de sport, fitness, piscines, patinoires ...Concernant la Culture :Tout le secteur de la Culture est mis en mode pause cela signifie la fermeture des centres culturels, des musées, des théâtres, des cinémas, ... "Je comprends que la population éprouve une grande lassitude et de l'incompréhension et que se retrouver dans la situation actuelle après ce que l'on a connu début mars suscite de tels sentiment", a commenté le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort, en annonçant ces mesures. Selon lui, la pandémie "nous impose une grande leçon d'humilité". Les mesures soutenues unanimement par les bourgmestres et les scientifiques consultés sont rendues nécessaires par les chiffres galopants et les "risques d'effondrement du système hospitalier dans le pays" que ceux-ci engendrent, a-t-il justifié.