Belgium

Coronavirus: «Il n’est pas exclu qu’on doive à un moment resserrer les mesures», prévient Marius Gilbert

Marius Gilbert, vous avez décidé de quitter le Celeval. Pourquoi ?

Épidémiologiste à l’Université libre de Bruxelles, c’est mon métier principal. Jusqu’à présent, en raison du confinement et des semaines de flottement, je savais cumuler les deux activités. Maintenant, les activités académiques reprennent à temps plein. De plus, cette mission d’expert pour le Celeval est très mobilisante en termes d’énergie. Ce n’était plus faisable, car j’allais arriver à un moment où l’on ne fait plus bien les choses. Et ce n’était souhaitable pour personne…

Au début de la crise, vous avez été en quelque sorte « starifié ». Il y a même eu des t-shirts à votre effigie. C’est quelque chose que vous regrettez ?

Non pas du tout. Je pense que je n’ai pas recherché la starification. J’ai fait de la communication dans les médias parce que cela me semblait nécessaire. Il y avait un vrai besoin d’explications. Ensuite, la partie communication a diminué lorsque j’ai commencé les travaux du Gees, le groupe d’experts en charge du déconfinement. D’abord parce que j’avais moins de temps pour communiquer. Ensuite, parce que je trouvais que je ne pouvais pas à la fois être actif dans la décision et la communication. Il fallait garder un devoir de réserve. Je n’ai jamais arrêté de communiquer, mais je l’ai fait de façon moins intense.

Dans la population, un certain scepticisme s’installe vis-à-vis des experts… C’est quelque chose qui a joué dans votre décision ?

Je ne suis ni dégoutté ni déçu. Mais il y a une réalité que certains peuvent être amenés à oublier. Ce n’est pas parce qu’on est dans une situation sanitaire devenue favorable que le virus a disparu. C’est une des grosses incompréhensions de l’été. Si nous étions parvenus à amener la transmission du virus à un niveau très très bas, elle ne s’est jamais arrêtée. Et ce niveau bas est lié à un ensemble de mesures qui sont restées appliquées tout le temps. Même quand la transmission était au plus bas, on n’a pas tout relâché. On n’a pas rouvert, par exemple les boîtes de nuit… Si les transmissions sont à un niveau bas, ce n’est pas un hasard. C’est le résultat d’un effort continu qui a été maintenu dans la société. Mais dès le moment où l’on relâche cet effort, et plus particulièrement en automne et en hiver, cela risque de repartir.

Et paradoxalement, le Conseil national de sécurité a desserré l’étau. Comment qualifieriez-vous les décisions prises ce mercredi ?

Ce sont des décisions qui visent surtout à harmoniser les choses et à enlever les mesures les plus absurdes et les moins comprises. Attention, je ne dis pas que la « bulle de cinq » était absurde. Je pense qu’elle était très mal comprise. Par contre, le port du masque à l’extérieur était plus problématique de mon point de vue. Il fallait donc retrouver une bonne adhésion de la population. Je pense qu’inexorablement, la situation sanitaire n’est pas bonne. Quel que soit l’indicateur qu’on regarde, il est en hausse. Et il y en a un qui est incontestable, c’est le nombre d’hospitalisations. Il augmente très régulièrement depuis plus d’un mois. Or, on est tout début de la période automne hiver. Rappelons que le pic d’épidémie de grippe est généralement atteint en janvier ou février. Il va donc falloir suivre de près l’évolution des choses, et il n’est pas exclu qu’on doive à un moment resserrer les mesures si la situation évolue dans les prochaines semaines ou prochains mois

En France, notamment à Marseille, les autorités prennent des décisions fortes. S’oriente-t-on vers quelque chose de similaire ?

Personne ne souhaite cela. Je pense qu’il est possible avec des mesures moins fortes de contenir l’épidémie. Mais il va falloir continuer à être très attentif à l’évolution de la transmission. Notons que la reprise des hospitalisations peut aider là l’adhésion. Si vous connaissez quelqu’un hospitalisé ou quelqu’un qui a fait un épisode de Covid-19, cela vous rappellera davantage que la maladie est toujours présente. Il y a une sorte d’effet collectif. Quand l’épidémie sera davantage là, les gens seront plus prudents. Et j’espère qu’on pourra compter sur cet effet pour que les Belges appliquent de façon forte et rigoureuse les gestes barrières. Rappelons que le nombre de décès reste relativement limité et qu’on est loin d’avoir atteint la capacité hospitalière. Mais la période hivernale est devant nous. Mais inévitablement, à terme, il faudra resserrer les choses au niveau des mesures préventives. Il faut le faire de manière proportionnée, avec le bon timing et garder un œil sur l’évolution de la situation pour qu’elle ne soit pas hors de contrôle.

Vous avez fait partie du Gees et du Celeval. Quel regard portez-vous aujourd’hui sur la réponse institutionnelle de la Belgique à la crise ?

Je ne veux pas commenter cela pour le moment, car je n’ai pas encore assez de recul. Ma priorité, c’est de reprendre ma vie académique tout en continuant à participer à la communication sur la crise.

Football news:

Hames zal de Premier League wedstrijd missen met Southampton
Goetze scoorde twee goals in zijn eerste twee wedstrijden voor PSV
Real Madrid betaalt de prijs voor een stomme verkoop aan Ronaldo. Niemand om te scoren. Calderon over de problemen van de club
Ozil plaatste een GIF van zichzelf op het werk in het kantoor: Forward, Arsenal
Het Sloveense jeugdteam wil de tiran coach verdrijven: hij is tegen warming-UPS, verbiedt slapen in vliegtuigen en het vieren van doelen
Ik steun Arsenal bij de TV. Ik wed op een 4-1 overwinning op Arsenal middenvelder Mesut Ozil, uitgesloten van het bod van de club voor de Premier League en Europa League, sprak voordat het team de opening van de Europese Cup wedstrijd dit seizoen. Aangezien ik het team op het veld vandaag niet kan helpen, zal ik ze steunen voor de TV in Londen. Wat verwacht je van de wedstrijd? Ik wed op een 4-1 overwinning. Kolasinac, El nenni, Lacazette en Pepe zullen scoren twitterde Ozil
Alexey Miranchuk: het is leuk om weer in het spel te zijn. We gaan door met werken met de Atalanta middenvelder Alexey Miranchuk deelde zijn indrukken na de debuutmatch. Het is leuk om weer in het spel te zijn 🙏 🏼 . Dank u allen voor uw steun, we blijven werken 🤙 🏻 , - schreef Miranchuk in Instagram. Miranchuk scoorde het eerste doelpunt voor Atalanta. Elegant in een negen van de penalty lijn-de tweede touch, in de 8e minuut van het debuut