Le seuil des 750.000 morts du Covid-19 dans le monde a été franchi jeudi et l'inquiétude persiste face à une résurgence de la maladie, poussant de nombreux pays à imposer de nouvelles restrictions pour limiter sa propagation.

USA

Aux Etats-Unis, la question ultra-sensible du port du masque est revenue jeudi sur le devant de la scène avec l'appel du candidat démocrate Joe Biden à l'imposer dans tout le pays, une idée aussitôt balayée par son rival républicain Donald Trump, qui l'a accusé de vouloir "enfermer tous les Américains dans leur sous-sol pendant des mois".

Les Etats-Unis demeurent le pays le plus endeuillé (166.038 décès), devant le Brésil (105.463 morts), le Mexique (55.293) et l'Inde (47.033).

Au total, la pandémie a déjà fauché 750.471 vies dans le monde pour un total de presque 20,7 millions de cas de contaminations officiellement recensés.

Amérique latine

Le vaccin sur lequel travaille le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca et qui doit être produit en Argentine et au Mexique à destination des pays d'Amérique latine (sauf le Brésil) devrait être prêt dès le premier trimestre 2021, a assuré jeudi le président mexicain Andrés Manuel López Obrador.

"On raccourcit le processus (...), mais on pense avoir des résultats dès fin novembre (...) et commencer la fabrication pour disposer du vaccin à partir du premier trimestre de l'année prochaine", a dit le dirigeant en conférence de presse. L'Argentine et le Mexique vont prendre en charge la production et la distribution en Amérique latine du futur vaccin contre le coronavirus élaboré conjointement par le laboratoire AstraZeneca et l'université d'Oxford, avec un financement de la Fondation Carlos Slim. Le Brésil n'est pas concerné car il a passé un accord séparément. Le président Lopez Obrador a assuré que le vaccin serait "universel et gratuit" au Mexique. "Tous les Mexicains auront accès au vaccin. Les plus humbles n'ont pas à s'inquiéter", a dit le chef d'État de gauche. "L'idée n'est pas de faire du profit, mais de garantir l'accès à l'Amérique latine", a dit le chef de la diplomatie mexicaine, Marcelo Ebrard, lors de la même conférence de presse. M. Ebrard présidera une réunion virtuelle de la Communauté des Etats latino-américains et caribéens (CELAC) pour présenter cet accord sur le vaccin et sa distribution dans la région, a précisé cet organisme sur Twitter.

Vénézuela

Le chef du gouvernement de Caracas, Dario Vivas, qui représente le gouvernement national dans la capitale vénézuélienne, est décédé jeudi à l'âge de 70 ans, près d'un mois après avoir été testé positif au coronavirus, a-t-on appris de sources officielles.

Pérou

Le Pérou, troisième pays le plus endeuillé d'Amérique latine, a dépassé la barre des 25.000 décès dus au coronavirus jeudi et atteint un demi-million de cas confirmés, a annoncé le ministère de la Santé.

"Nous avons un total de 25.648 décès", a déclaré le vice-ministre de la Santé, Luis Suarez, lors d'une conférence de presse, dont un record de 277 décès au cours des dernières 24 heures.

Colombie

Plus de 14.000 personnes sont mortes du coronavirus en Colombie depuis la détection d'un premier cas dans le pays le 6 mars, selon le dernier bilan officiel publié jeudi.

Le ministère de la Santé a fait état de 308 décès supplémentaires, portant le total des morts à 14.145 pendant ces cinq mois d'urgence sanitaire. Les autorités précisent que ce bilan ne donne pas le nombre de morts en 24 heures, mais regroupe les données rassemblées à travers le pays au cours des 10 derniers jours.

France - Royaume Uni

En Europe, une décision du gouvernement britannique d'imposer une quarantaine de deux semaines aux voyageurs en provenance de plusieurs pays et territoires a provoqué une prise de bec diplomatique avec la France.

"Les statistiques montrent que nous devons retirer la France, les Pays-Bas, Monaco, Malte (...) de notre liste de corridors de déplacements pour conserver des taux d'infection à la baisse", a indiqué le ministre des Transports Grant Shapps sur Twitter.

"Si vous arrivez au Royaume-Uni de l'une de ces destinations après 04H00 samedi, vous devrez vous isoler pendant 14 jours", précise-t-il.

Paris a vivement réagi. Il s'agit d'"une décision britannique que nous regrettons et qui entraînera une mesure de réciprocité, en espérant un retour à la normale le plus rapidement possible", a tweeté le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, Clément Beaune.

Cette mesure devrait également frapper de plein fouet les nombreux Britanniques se trouvant actuellement en vacances en France ou dans les autres pays européens concernés, et pourrait provoquer un exode de vacanciers désireux d'échapper à cette contrainte à leur retour. Il est estimé qu'environ un demi-million de Britanniques se trouvent actuellement en vacances en France.

Elle intervient alors que les indicateurs de suivi de l'épidémie de Covid-19 en France "continuent de se dégrader", a indiqué jeudi la Direction générale de la Santé, avec un nombre de nouveaux cas confirmés qui "augmente régulièrement". Sur les dernières 24 heures, 2.669 nouveaux cas ont été détectés, a-t-elle noté dans son point quotidien.

Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande a prolongé d'au moins 12 jours le nouveau confinement d'Auckland après la propagation de l'épidémie en dehors de la plus grande ville du pays, a annoncé vendredi la Première ministre Jacinda Ardern. "Le gouvernement a accepté de maintenir les mesures actuelles pendant 12 jours supplémentaires, ce qui porte (le confinement) à deux semaines complètes au total", a déclaré Mme Ardern.

Depuis que quatre membres d'une même famille d'Auckland ont été testés positifs mardi au coronavirus, après une remarquable série de 102 jours sans contamination locale, la Nouvelle-Zélande a enregistré une trentaine de nouveaux cas.

La nouvelle vague de cas de coronavirus en Nouvelle-Zélande s'est propagée au-delà d'Auckland, la plus grande ville du pays où elle etait jusqu'alors cantonnée, ont annoncé vendredi les autorités.

Le ministre de la Santé Chris Hipkins a fait état de 12 cas supplémentaires de transmission locale, et d'un cas probable. Une trentaine de cas ont été enregistrés depuis que le coronavirus a recommencé à se propager dans l'archipel océanien, après une remarquable série de 102 jours sans contamination locale. M. Hipkins a précisé que deux des cas avaient été enregistrés à Tokoroa, à 210 km au sud d'Auckland.

Cette propagation est intervenue en dépit du nouveau confinement imposé à Auckland, dans un premier temps à compter de mercredi à la mi-journée jusqu'à vendredi minuit.

Des policiers ont été affectés au contrôle des sorties de la ville alors que des équipes sanitaires s'activent à identifier l'origine des nouveaux cas et que la campagne de dépistage a été intensifiée.

Mme Ardern a indiqué que des tests génétiques n'ont pas permis d'établir un lien entre cette épidémie et les cas de Covid-19 enregistrés sur des personnes en provenance de l'étranger et placées en quarantaine.

Aucun lien avec la première vague de contaminations en mars-avril n'a également pu être établi.

La Première ministre a cependant salué la rapidité avec laquelle cette nouvelle épidémie a été détectée et s'est montrée optimiste sur la capacité du pays à l'enrayer.

"Des tests approfondis et la recherche des contacts ont permis de déterminer que la première personne porteuse a été malade vers le 31 juillet", a-t-elle affirmé.

La Nouvelle-Zélande n'a jusqu'ici enregistré que 22 décès dus au coronavirus sur son sol pour une population de 5 millions d'habitants.