logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Belgium
An article was changed on the original website

Coalition wallonne: «Faute de signaux», le PTB rejette de nouveau l’invitation du PS

A nouveau invité par le PS pour poursuivre les consultations en vue de la formation du prochain gouvernement wallon, le PTB a déjà annoncé qu’il ne se rendrait pas à Namur mardi. « Mercredi passé -au terme d’une deuxième rencontre écourtée avec les socialistes- le bureau de parti a estimé que tout avait été dit et qu’une nouvelle rencontre ne servirait à rien. Depuis, aucun élément n’a fondamentalement changé : il n’y a toujours ni remise en cause du passé, ni rupture », a affirmé dimanche après-midi David Pestieau, le vice-président du PTB.

Nollet déplore le « cinéma » survenu à Namur lors de la rencontre PS-PTB

« Le PS n’a pris aucun contact informel avec nous et n’a fait aucun effort. Au contraire, Elio Di Rupo a évoqué un ’politburo’ et a ouvert la porte à la N-VA au Fédéral. En réalité, on ne sait plus très bien ce que veulent les socialistes », a poursuivi David Pestieau.

L’extrême gauche, elle, « reste cohérente » et martèle son credo : sans remise en cause et sans rupture franche avec le passé, le PTB ne montera pas au pouvoir. « Nous voulons une rupture qui passe par une remise en cause des traités européens, ce qui nous permettra d’investir massivement dans le logement et dans le social », a expliqué son vice-président.

Or, « le PS, dont l’intention première était de former une coalition avec Ecolo et le CDH, refuse de revenir sur sa politique des dernières années et oppose à chacune de nos propositions un ’oui mais non’ ou un ’oui mais pas tout de suite’», a encore dénoncé David Pestieau. « Dans ces conditions, nous ne voulons pas être coincés dans une majorité et faire le contraire de ce que nous avons promis aux électeurs », a-t-il ajouté.

En Wallonie, quatre coalitions sont possibles dont une minoritaire

Themes
ICO