logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Belgium
An article was changed on the original website

Coalition fédérale: «La situation politique la plus difficile que la Belgique ait connue», estime Di Rupo

La Belgique vit depuis le 26 mai la situation politique la plus difficile qu’elle ait connue, a reconnu le président du PS, Elio Di Rupo, interrogé sur RTL-TVi.

Les deux informateurs royaux, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (SP.A), feront lundi une deuxième fois rapport au Roi. Pour le moment, les consultations qui ont lieu pour la formation d’un gouvernement fédéral se déroulent dans une grande discrétion mais la situation paraît bloquée. La N-VA n’entend pas discuter avec le PS à moins que ce ne soit pour mettre en oeuvre le confédéralisme auquel elle aspire. Le PS n’entend pas négocier avec la N-VA, même si l’institutionnel est exclu des discussions.

Dimanche, M. Di Rupo a confirmé cette ligne, après avoir suscité de nombreux commentaires jeudi quand il a indiqué qu’il ne mettait pas d’« exclusives ». « On se battra jusqu’à la fin pour une coalition sans la N-VA », a déclaré M. Di Rupo.

Elio Di Rupo est très clair : « Avec la N-VA, c’est non ! »

Le PS continue à voir dans une coalition réunissant les familles socialistes, libérales, écologistes et démocrates-chrétiennes la solution pour sortir de l’impasse. Cette coalition, aussi large soit-elle, ne disposerait pas d’une majorité en Flandre. Mais après la sanction électorale du gouvernement « MR/N-VA », il n’y a pas d’autre solution, selon les socialistes francophones.

« Le gouvernement MR/N-VA est sorti très affaibli et il a été sanctionné tant par les francophones que par les néerlandophones. C’est donc un attelage qui doit changer », a expliqué M. Di Rupo. S’il n’a pas de majorité en sièges, l’attelage quadripartite représenterait « environ 50 % » de la population en Flandre, assure M. Di Rupo.

« Sous le gouvernement précédent, le MR était seul parti francophone et représentait environ 25 % de la population francophone. Quand on me dit que, pour les néerlandophones, la N-VA est le premier parti et qu’elle est inévitable, je rappelle que nous étions en 2014, comme aujourd’hui, le premier parti (francophone) et qu’on nous a évités », a-t-il ajouté.

Quatre scénarios au fédéral, plus compliqués les uns que les autres

Chroniques

  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Par Vincent Engel

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

Themes
ICO