Les Virtonais n’ont plus connu la victoire depuis cinq matchs.

Le nouveau coach, Christian Bracconi, espère un match référence face à Lommel, qui reste sur un probant onze points sur dix-huit. "On doit l’emporter", clame-t-il.

Commencez-vous à connaître le groupe ?

"J’ai tiré de premiers enseignements collectifs et individuels suite au match face au Beerschot (1-1). Le quotidien me permet de voir les comportements dans le jeu, les qualités des garçons et les points à améliorer. Ils ont bien répondu à la nouvelle mise en place."

Pourrait-il y avoir des changements au sein du onze ce soir ?

"Je ne vais pas tout révolutionner. Il pourrait y avoir des choses un peu différentes, notamment par rapport à des demandes. Cela dit, seul Lewerenz fait partie du on ze que je modifierai."

Les joueurs écartés (Lewerenz, Bojic, Benamra) sont-ils de retour ?

"Oui. Je les observe. Ils ont d’abord le plaisir de retrouver le noyau. Après, je poserai des choix de manière à travailler avec un groupe que j’aurai choisi. Certains jeunes (Prudhomme, Schauss, Besson, Guillaume, Hery, Boutrif) intégreront, au compte-gouttes, le noyau en janvier."

Avec trois unités sur douze, Virton est à la traîne dans la 2e tranche. Battre Lommel est impératif, n’est-ce pas ?

"Sans vouloir se mettre la pression, ou alors s’en mettre une bonne, il faut gagner. Si on regarde le classement, il y a encore des choses à faire."

Les amateurs ne semblent déjà plus faire de Virton un candidat au gain de la tranche…

"Si on peut sortir du bois, on le fera volontiers. Être dans la peau du chasseur ne me dérange pas. Le souhait est de montrer que le parcours réalisé lors de la première tranche n’était pas un accident : l’effectif a le niveau pour aller chercher quelque chose."