"L'enjeu, c'est de savoir ce que l'on veut pour ce parc, à terme. Pour moi, il faudrait un plan de gestion comme il en existe pour la forêt de Soignes. A l'heure actuelle, le bois remplit diverses fonctions : parc, espace récréatif, horeca, théâtre, boîte de nuit... Et il y a une fonction de mobilité qui a pris sa place au fil du temps. Comment organiser ces fonctions ? C'est une question à laquelle il faut réfléchir ensemble, pas dans le cadre d'un combat de coqs entre deux bourgmestres qui n'ont pas l'intérêt régional en tête", ajoute-t-il dans les colonnes du quotidien.

Depuis le début des discussions, les communes concernées (Uccle, Watermael, Ixelles, Rhode-Saint-Genèse, Linkebeek et la Ville) et la Région via la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt ont été associées, rappelle de son côté Philippe Close. Tous les schémas ont été validés par la ministre, par la STIB et Bruxelles Mobilité qui ont été présents à toutes les réunions, souligne-t-il.

"Dans ce dossier symbolique, je reste convaincu que le dialogue est important. Je demande donc à Ecolo Groen de clarifier leur position. S'ils souhaitent que nous amendions ce plan concerté, nous y avons toujours été ouverts. Mais il faut maintenant que les ministres régionaux clarifient leur position", ajoute le bourgmestre de Bruxelles.